• radiations

    100_4514

    Monotype sur papier blanc ordinaire (80gr) marouflé sur papier zerkall 380 gr

    la couleur brune est un mélange de colle et de pigment terre

    les reflets blancs sont dus au fait que le dessin est emballé sous cellophane

  • Les yeux violets

    100_4546

     "L'eau d'une larme est un prisme qui transfigure l'univers."

    François Coppée

  • jeune homme bleu

    100_4545

     au printemps de quoi rêvais-tu? (extraits)

    Jean Ferrat

     ...

    Au printemps de quoi riais-tu?
    Jeune homme bleu de l'innocence,
    Tout a couleur de l'espérance,
    Que l'on se batte dans la rue
    Ou qu'on y danse,
    Au printemps de quoi riais-tu?...

  • Eibhir, fille aux cheveux jaunes

    100_4544

    Légende Celte  d'Irlande du III me siècle

    Femme d'Oisin, mère d'Osgar "qui aime les cerfs" , décrite comme une "jeune fille aux cheveux jaunes venue d'un pays chaud".

    Osgar était un guerrier de la Fianna, la garde du Grand Roi d'Irlande. Dans une bataille qui eut lieu à Gabhra, près de l'actuelle Dublin, Oscar tua Cairbe en combat singulier, et fut mortellement blessé. Selon le mythe, Finn mac Cool ( son grand -père) revint de l'autre monde pour pleurer sa mort.

    plus d'info ici et ici

  • automnale

    mes travaux

  • Dans la souffrance

    mes travaux

     Victor Hugo

    Oh ! je fus comme fou...

    Oh ! je fus comme fou dans le premier moment,
    Hélas ! et je pleurai trois jours amèrement.
    Vous tous à qui Dieu prit votre chère espérance,
    Pères, mères, dont l'âme a souffert ma souffrance,
    Tout ce que j'éprouvais, l'avez-vous éprouvé ?
    Je voulais me briser le front sur le pavé ;
    Puis je me révoltais, et, par moments, terrible,
    Je fixais mes regards sur cette chose horrible,
    Et je n'y croyais pas, et je m'écriais : Non ! --
    Est-ce que Dieu permet de ces malheurs sans nom
    Qui font que dans le coeur le désespoir se lève ? --
    Il me semblait que tout n'était qu'un affreux rêve,
    Qu'elle ne pouvait pas m'avoir ainsi quitté,
    Que je l'entendais rire en la chambre à côté,
    Que c'était impossible enfin qu'elle fût morte,
    Et que j'allais la voir entrer par cette porte !

    Oh ! que de fois j'ai dit : Silence ! elle a parlé !
    Tenez ! voici le bruit de sa main sur la clé !
    Attendez! elle vient ! laissez-moi, que j'écoute !
    Car elle est quelque part dans la maison sans doute !

  • entre deux

    mes travaux

     monotype sur carton de couleur

    dim : 10*10 cm

     Hector de Saint-Denys Garneau  (1942-1943)

    receuil : Regards et jeux dans l'espace

    C'est là sans appui

    Je ne suis pas bien du tout assis sur cette chaise
    Et mon pire malaise est un fauteuil où l'on reste
    Immanquablement je m'endors et j'y meurs.

    Mais laissez-moi traverser le torrent sur les roches
    Par bonds quitter cette chose pour celle-là
    Je trouve l'équilibre impondérable entre les deux
    C'est là sans appui que je me repose.