• Libération

    1006976

    Libération

    ( Recueil : Stèles)

     de Victor Segalen

    On souffre, on s'agite, on se plaint dans mon Empire. Des
    rumeurs montent à la tête. Le sang, comme un peuple irrité,
    bat le palais de mes enchantements.

    La famine est dans mon coeur. La famine dévore mon coeur :
    des êtres naissent à demi, sans âmes, sans forces, issus d'un
    trouble sans nom.

    Puis on se tait. On attend. Que par un bon vouloir s'abreuvent
    de nouveau vie et plénitude.



    Comme le Fils du Ciel visitant ses domaines, et jusqu'au fond
    des prisons de sécheresse portant lumière et liberté,

    Libère en moi-même, ô Prince qui es moi, tous les beaux
    prisonniers-désirs aux geôles arbitraires, et qu'en grâce et
    retour,

    Tombent sur mon Empire les gouttes larges de la satisfaction

     

  • Je suis un pâle enfant ...

    encre sur papier dessin

    16949

    détail

    106948

    Je suis un pâle enfant du vieux Paris...(extrait)

    ( Francois Coppée)

    Je suis un pâle enfant du vieux Paris, et j'ai
    Le regret des rêveurs qui n'ont pas voyagé.
    Au pays bleu mon âme en vain se réfugie,
    Elle n'a jamais pu perdre la nostalgie
    Des verts chemins qui vont là-bas, à l'horizon.
    Comme un pauvre captif vieilli dans sa prison
    Se cramponne aux barreaux étroits de sa fenêtre
    Pour voir mourir le jour et pour le voir renaître.....

  • au bord de l'eau

    Au bord de l'eau (Jean Tousseul)

    Aquatintes de Robert Crommelyck

    Le christ noyé (extrait)

    Le paysage était engourdi et la Meuse prise sous le gel. La brume déformait le soleil, et les rochers rouges, comme des silhouettes humaines, se dressaient dans l'immobilité et le silence du hameau. Une voiture bâchée de blanc, un chien noir trépidant entre ses roues, s'aventura sur la glace du fleuve, mais le véhicule fit demi-tour aussitôt et rebroussa chemin. On le revit....

    100_6930100_6931100_6933

    100_6928

    100_6929

    100_6935

    100_6936100_6937100_6938100_6940

    100_6939100_6932

  • soldat (2)

    106945

    encres sur papier Canson ( dans la foulée du précédent)

    Le dormeur du val

    (Arthur Rimbaud)

    C'est un trou de verdure où chante une rivière,
    Accrochant follement aux herbes des haillons
    D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
    Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

    Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
    Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
    Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
    Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
    Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
    Nature, berce-le chaudement : il a froid.

    Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
    Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
    Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit

  • soldat

    100_6944b

    encre sur papier Canson ( après avoir lu un livre sur la vie d'Egon Schiele)

    Bien sûr c'est bien moins beau que le tableau original, mais j'ai pris baucoup de plaisir à faire cette encre.

     

  • Encore un instant de bonheur

    Encore un instant de bonheur (extrait)

    100_6923100_6924


    De Henry de Montherlant illustration de Robert Cami. ( série de burins)

    100_6921

    ....Sous des feuillages une eau coulait, petite âme attendrissante. C'était une eau très peu profonde, réellement un voile d'eau.

    Phèdre marcha pied nus dans son cours.

    La tête d'Orphée n'y roulerait pas.

    Comme son coeur, une branche qui plonge y vit un frisson perpétuel.


    100_6920

    Comme mes pensées une fois tracées, où s'en vont les feuilles qu'on y jette?.....

    100_6922

    (Quelques illustrations d'un livre ancien de ma collection perso)