• Marino Marini

     

    decoration

    Guerrier 1968 Lithographie originale sur Arches.



    decoration

    Le théâtre des masques 1956 eau-forte


    decoration

    La surprise 1973 eau-forte et pointe sèche



    decoration

    La guerra, 1920 circa
    pastello e acquerello su carta



    http://www.museomarinomarini.it/

    decoration

    Marino Marini

    Marino Marini (né le 27 février 1901 à Pistoia, Toscane – mort le 6 août 1980 à Viareggio) est un sculpteur et peintre italien du XXe siècle.

    Etudes aux Beaux-Arts de Florence,

    il suit à partir de1917 les cours de sculpture de Domenico Trentacoste .

    En 1929 il occupe la chaire de sculpture à la Villa Reale à Monza

    Il se réfugie en Suisse en 1943, où il fait la connaissance de Giacometti qui habitait Genève pendant la guerre.

    24e Biennale de Venise en 1948: Il rencontrera alors Henry Moore qui deviendra un ami fidèle et Curt Valentin, marchand américain qui organisera son exposition à New York en 1950


    decoration

    Gentiluomo a cavallo, 1938 circa
    tempera su tela, cm. 129 x 97

     

  • meurtrie

    meurtrie copy

    huile et technique mixte sur toile libre

    50*70 cm

    Mimi écrit si bien ce que je pense et voudrais exprimer en peinture

    allez voir ses textes

  • au coin d'une rue

    1007034



    Charles Baudelaire

    recueil poèmes divers

    Je n'ai pas pour maîtresse une lionne illustre

    Je n'ai pas pour maîtresse une lionne illustre :
    La gueuse, de mon âme, emprunte tout son lustre ;
    Invisible aux regards de l'univers moqueur,
    Sa beauté ne fleurit que dans mon triste coeur.

    Pour avoir des souliers elle a vendu son âme.
    Mais le bon Dieu rirait si, près de cette infâme,
    Je tranchais du Tartufe et singeais la hauteur,
    Moi qui vends ma pensée et qui veux être auteur.

    Vice beaucoup plus grave, elle porte perruque.
    Tous ses beaux cheveux noirs ont fui sa blanche nuque ;
    Ce qui n'empêche pas les baisers amoureux.
    De pleuvoir sur son front plus pelé qu'un lépreux.

    Elle louche, et l'effet de ce regard étrange
    Qu'ombragent des cils noirs plus longs que ceux d'un ange,
    Est tel que tous les yeux pour qui l'on s'est damné
    Ne valent pas pour moi son oeil juif et cerné.

    Elle n'a que vingt ans ; - la gorge déjà basse
    Pend de chaque côté comme une calebasse,
    Et pourtant, me traînant chaque nuit sur son corps,
    Ainsi qu'un nouveau-né, je la tette et la mords,

    Et bien qu'elle n'ait pas souvent même une obole
    Pour se frotter la chair et pour s'oindre l'épaule,
    Je la lèche en silence avec plus de ferveur
    Que Madeleine en feu les deux pieds du Sauveur.

    La pauvre créature, au plaisir essoufflée,
    A de rauques hoquets la poitrine gonflée,
    Et je devine au bruit de son souffle brutal
    Qu'elle a souvent mordu le pain de l'hôpital.

    Ses grands yeux inquiets, durant la nuit cruelle,
    Croient voir deux autres yeux au fond de la ruelle,
    Car, ayant trop ouvert son coeur à tous venants,
    Elle a peur sans lumière et croit aux revenants.

    Ce qui fait que de suif elle use plus de livres
    Qu'un vieux savant couché jour et nuit sur ses livres,
    Et redoute bien moins la faim et ses tourments
    Que l'apparition de ses défunts amants.

    Si vous la rencontrez, bizarrement parée,
    Se faufilant, au coin d'une rue égarée,
    Et la tête et l'oeil bas comme un pigeon blessé,
    Traînant dans les ruisseaux un talon déchaussé,

    Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d'ordure
    Au visage fardé de cette pauvre impure
    Que déesse Famine a par un soir d'hiver,
    Contrainte à relever ses jupons en plein air.

    Cette bohème-là, c'est mon tout, ma richesse,
    Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse,
    Celle qui m'a bercé sur son giron vainqueur,
    Et qui dans ses deux mains a réchauffé mon coeur.

  • personnage

    100_039

    suite donc des six tableaux, après une petite pose de quelques jours au profit d'un petit saut en Rosannais improvisé, ( toujours trop court à mon goût) où j'ai retrouvé le calme, la neige, les paysages et les sources natures.


    citation

    "Mon coeur est une penderie dans laquelle tous les costumes de mes personnages sont accrochés."

    Simone Signoret

     

  • anonyme

    Cette toile est une partie d'une série de six tableaux inscrits sur une même toile de 50 cm sur 250cm100_035

  • fugace

    Cette toile est une partie d'une série de six tableaux inscrits sur une même toile de 50 cm sur 250cm

    100_7036


    ..........Sans crainte aucune et sans souci,
    Qu'ils ramènent, du fond à la surface,
    D'autres regrets que des regrets fugaces.

    extraits: Les heures d'après-midi recueil ( Verhaeren Emile)

  • silhouette

    100_038

    Cette toile est une partie d'une série de six tableaux inscrits sur une même toile de 50 cm sur 250cm



    Le songe de vaux ( extraits) Jean de La Fontaine

    A de simples couleurs mon art plein de magie
    Sait donner du relief, de l'âme, et de la vie :
    Ce n'est rien qu'une toile, on pense voir des corps.
    J'évoque, quand je veux, les absents et les morts ;.....