• Hertenberger Fernand: ses gravures 9

    Les illustrations de Fernand Hertenberger de l'Oeuvre d'Eschyle (eaux-fortes)

    Livre de ma Collection personnelle


    IMG_0009


    L'enjeu des tragédies d'Eschyle est presque toujours l'ordre civique : hormis le Prométhée enchaîné, toutes les pièces se déroulent dans la cité, devant le palais royal ou un lieu sacré, et la tragédie naît de la remise en cause de l'ordre. 

    Le principal risque qui menace la cité est la guerre. Presque toutes les tragédies conservées d'Eschyle la relatent (Les Perses, Les Sept contre Thèbes), la suivent (l'Orestie) ou la précèdent (Les Suppliantes) : l'évocation de la guerre, vivante, obsédante, est une caractéristique bien connue du théâtre d'Eschyle qui « résonne à chaque instant du bruit de la guerre », par le truchement de descriptions détaillées, terrifiantes.

    Mais cette évocation n'est jamais gratuite : « les maux de la masse, ces maux anonymes, traçant tout un réseau de souffrance et de deuil, servent surtout à rehausser la responsabilité des chefs, dont le rôle est précisément d'éviter à leurs peuples de telles épreuves. »


    source Wikipedia

  • Ce qu'elles créent 3

    Ce qu'elles créent:

    b4

    une oeuvre de mon amie Brigitte

    voir son blog

  • Le transfert au gel medium et à l'acétone

    1 - Le transfert au gel medium, (style gel medium glossy de talens) sur une base papier.

    passer une couche de gesso ou de peinture acrylique sur votre support

    utilisez une photocopie laser de l'image choisie

    parfois ça marche avec une image imprimée au jet d'encre, mais cela dépend de l' imprimante..Enduisez votre image de gel médium, au pinceau (une couche uniforme, pas trop épaisse)

    Posez votre image (côté image vers votre papier), en appuyant bien pour qu'elle adhère au support. Attendez minimum une heure, et grattez délicatement

    démarrer d'abord avec une éponge mouillée puis roulotter avec les doigts le papier. La pellicule doit s'enlever en laissant apparaître votre image. Pour bien finir d'enlever le papier, vous pouvez frotter doucement avec du papier de verre. Pour faire ressortir l'image, appliquez un vernis incolore


    2- transfert à l'acetone
    Cette technique sert à transférer des images afin de leur donner un effet  discret, flou , aerien.. Il faut pour cela utiliser de l'acetone que vous trouverez en magasin de bricolage (ou bien le dissolvant classique de vernis).

    Imprimez votre image en laser (penser au mode miroir). Ensuite passez votre produit au pinceau et  posez très vite votre image (côté image )sur votre papier dessin - des deux dernières manipulations doivent être très rapide car l'acetone s'évapore  rapidement  à l'air. 

    Tenez  le papier de l'image d'une main et, de l'autre, frotter avec le rond des ciseaux ou appuyer fortement . Ensuite vous pouvez décorer tout autour de l'image ainsi transférée (avec de l'acrylique dans l'exemple ci-dessus et tissu pour l'ombrelle), et reprendre éventuellement quelques détails avec de la couleur.

    Le transfert à l'acétone, à partir d'une photocopie est possible en gravure également si la photocopie est fraîchement tirée.

    Simplement il ne faut pas oublier que le résultat de la gravure sera le négatif de la photocopie.

    Procédé: bien nettoyé la plaque de zinc ou de cuivre, poser la photocopie sur le cuivre, appliquer un tampon d'ouate imbibé d'acétone sur le dos de la photocopie, en faisant de petits cercles.

    Attention au dosage, si le tampon est trop imbibé l'image formera des nuages d'encre sur la plaque. si le tampon n'est pas assez humide rien ne sera transféré sur le cuivre.

    Il faut parfois insisté quelques instants pour que l'encre se détache bien et se colle sur la plaque. Tout est question d'expérience et d'essai.

    L'encre fait ici office de vernis de protection et ce sont les blancs autour qui seront gravés par l'acide: l'image sera donc en négatif dans les tons, mais également dans le dessin.


  • Hertenberger Fernand: ses gravures 8

    Les illustrations de Fernand Hertenberger de l'Oeuvre d'Eschyle (eaux-fortes)

    Livre de ma Collection personnelle


    IMG_0008


    Dans les Euménides d'Eschyle, la troisième pièce de l'Orestie, les Érinyes poursuivent Oreste. Celui-ci tue sa mère, Clytemnestre, pour venger le meurtre de son père Agamemnon. À la première représentation, cette tragédie provoque une véritable terreur chez les spectateurs. Les Érinyes forment le chœur. Les représentations qui nous sont parvenues nous les montrent tenant des torches et des fouets. Elles sont aussi parfois entourées de serpents.

    Seul l'acte commis par Oreste intéresse les Érinyes. Il n'est question ni de le juger ni de lui trouver des circonstances atténuantes. Apollon lui-même doit s'opposer à leur vengeance implacable, bien qu'il ait encouragé le meurtre de Clytemnestre par Oreste et qu'il lui accorde sa protection. Les Érinyes, nous rapporte Eschyle, poursuivent Oreste jusqu'à Delphes, le plus important sanctuaire d'Apollon. Elles ne le délivrent que lorsque les dieux les persuadent d'accepter le verdict du tribunal d'Athènes, l'Aréopage.

    Là, Athéna intervient comme patronne de la cité et équilibre les suffrages. Oreste est acquitté, mais il doit ramener de Tauride une statue sacrée d'Artémis. Les Érinyes sont alors accueillies à Athènes sous la forme plus clémente des « Euménides » (les bienveillantes) ou des « Semnai Theai » (les vénérables déesses).

    Les Érinyes poursuivent également Alcméon, qui a tué sa mère. Comme Oreste, Apollon l'a encouragé à venger son père. II est pourchassé par une Érinye à travers la Grèce, jusqu'à ce qu'il trouve refuge sur une terre qui n'existe pas encore au moment du meurtre de sa mère, échappant ainsi au pouvoir de ses poursuivantes.


    source : wikipedia

  • oeuvres d'artistes sur le thème du travail (4)

    Steinlen

    STEINLEN, Femmes venant du lavoir,1899

    Huile sur toile, 76 x 115.5 cm.
    © Vevey, musée Jenisch Vevey.

    steinlen lavoir