recettes

  • gravure

     

    Extrait du

    Dictionnaire de l'industrie manufacturière, commerciale et agricole, par Alexandre Édouard 

    Chapitre sur la gravure à l'eau forte, la gravure en relief et la taille-douce 

    de la page 71 à 120

     

  • Petite histoire de l'aquatinte

     

    art, technique, histoire, aquatinte, Leprince, Stapart, aquatinte au sel, aquatinte à la résine, technique, proportion, recette

    ........
     
    Gravure au lavis ou aquatinte. 
     
    Pour obtenir un fac-similé de teinte, les graveurs ont été naturellement amenés à chercher un procédé plus rapide que le pointillé ou la manière noire et, naturellement aussi, nous retrouvons beaucoup de gens décidés à revendiquer la paternité de l'invention. 
     
    Jean-Charles François, déjà cité à propos de la gravure en manière de crayon, déclare que son procédé de gravure au lavis était définitif en 1758, date à laquelle il a publié un fac-similé de lavis d'après Boucher. En 1760, Augustin de Saint-Aubin grave une suite des Cinq Sens, par un procédé de lavis, plus régulier que celui de François et dont il paraît tout à fait maître. En 1765, François-Philippe Charpentier, auquel son élève, le Suédois Floding, dispute le mérite de l'invention, vend un procédé de gravure au lavis au comte de Caylus. 
    En 1765, Leprince expose des Estampes imitant les dessins lavés à l'encre de la Chine et au bistre, reçoit les compliments de l'Académie sur cette découverte utile qu'elle a fort approuvée et se la voit contester quelques années plus tard par Boizot. 
     
    En 1773 enfin, Stapart publie l'Art de graver au pinceau. 
     
    Tous les procédés de gravure au lavis comportent une morsure à l'eau-forte avec des réserves pour ménager les blancs ou pour graduer les valeurs, réserves qui se faisaient au XVIIIe siècle avec du vernis à tableaux mélangé de noir de fumée; on, peut les ramener à trois formules : 
     
    • Le lavis à l'eau-forte sur métal nu. 
    C'est le vieux procédé des armuriers, appliqué pour la première fois à la gravure d'estampes par Jérôme Hopfer, qui s'en est servi pour graver un fond chargé de rinceaux dans un portrait de Charles-Quint portant la date de 1520. 
    Ce procédé produit une simple dénivellation du cuivre ; le métal ainsi creusé ne présente pas la succession de creux et de reliefs nécessaire pour retenir le noir et au bout de quelques épreuves on ne voit plus le ton, mais simplement des « cernés » qui marquent le bord des réserves faites avec le vernis au pinceau. C'est par là que François a commencé. 
     
    • Le procédé de Stapart, ou aquatinte au sel.
    Il consiste à saupoudrer de sel, avec un tamis, une planche vernie, maintenue à la température de fusion du vernis. Les grains de sel, par leur propre poids, traversent la couche de vernis, et il suffit, dès que la planche est refroidie, de la tremper dans l'eau, qui dissout le sel, pour avoir un pointillé prêt à subir l'action de l'eau-forte. 
    Stapart préconise, au lieu du cuivre rouge, un alliage de deux parties de cuivre et d'une partie de laiton que les planeurs vendent encore aujourd'hui sous le nom de cuivre rose. 
    Il donne la formule d'un mordant composé de : 
    • 2 parties de sel marin. 
    • 2 parties de sel ammoniac
    • 1 partie de vert de gris. 
    Ce mélange, broyé avec du sirop de vieux miel, s'applique comme de la couleur à l'huile et permet de poser des touches; on reconnaît qu'il a produit tout son effet lorsqu'il est devenu brun en se chargeant de sels de cuivre. 
    Pour les accents vigoureux, Stapart recommande l'emploi de l'acide nitrique, saturé de nitrate d'argent et a
    dditionné d'eau gommée.
     
    • L'aquatinte à la résine de Leprince.  JEAN-BAPTISTE LE PRINCE (METZ 1734-1781 SAINT-DENIS-DU-PORT) 
    Leprince commençait par un trait gravé à l'eau-forte, revernissait la planche et posait les touches correspondant aux touches de lavis avec une mixtion composée d'une partie d'huile d'olive et de trois parties de térébenthine épaissie avec un peu de noir de fumée. Ce liquide dissout le vernis sans produire de bavures, on éponge la planche avec de vieux linges qui font l'office de buvard, on la dégraisse avec de la poudre à perruque (kaolin) et, quand le cuivre apparaît bien propre, on l'humecte avec de l'eau additionnée, pour cinq parties, d'une partie de sucre et d'une partie de savon: c'est un agglutinant sur lequel on tamise de la résine en poudre. Après avoir secoué l'excédent de résine, il faut chauffer la planche jusqu'à ce qu'on voie la résine fondre et former un grenu analogue à celui d'un papier de verre très fin. Entre tous ces grains de résine se trouvent des interstices qui laissent passage à l'eau-forte et la morsure se conduit comme une morsure ordinaire en employant poulies tons légers une partie d'eau-forte et trois parties d'eau, et pour les vigueurs, une partie d'eau-forte et deux parties d'eau.
     
    Tel est le secret de Leprince, secret acheté, après la mort du peintre, à la demoiselle Leprince, sa nièce, moyennant une rente viagère de 1,200 livres, et 600 livres de pot-de-vin une fois payées, le 26 janvier 1782. L'Académie, qui avait été autorisée à faire ce marché, décida, le 23 février suivant, de ne point tenir caché le manuscrit de Leprince et d'en faciliter la copie aux artistes qui le désireraient. 
  • traité de lithographie de Duchatel

    UN autre livre disponible à présent sur Gallica, traitant cette fois de la lithographie

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9334947.r=trait%C3%A9+de+lithographie.langFR

    art, lithographie, technique, impression, livre numérique,

  • Lithographie maison

    art, litho, kitchenlitho,gravure, estampe, essai,

    Voici quelques temps déjà j'ai découvert le site d'Emilie Brouart ( voir les liens ci-dessous), une jeune artiste pleine de ressources et d'inventivité.

    Sur son site elle nous explique avec des produits de tous les jours et que chacun possède dans sa cuisine comment procéder pour aller à la découverte du processus lithographique.

    Pour se faire il suffit d'un bout de papier alu, de crayons très gras (crayons lithos) ou de savon de marseille, d'huile de cuisine, de cola et de peinture à l'huile classique.

    Vous verrez c'est vraiment très simple quoique qu'il faut un peu s'exercer tout de même avant d'avoir un résultat convaincant.

    Je n'en avais pas encore parlé parceque je n'en avais pas fait l'expérience personnellement.

    Après quelques tatonnements voici mon premier résultat: j'ai utilisé des crayons gras et non pas du savon de marseille. Avant d'effacer le dessin à l'huile j'ai d'abord mouillé le papier alu que je n'ai pas séché. J'ai pu en tirer une grosse dizaine d'exemplaires, ensuite le papier à commencé à se froisser et le dessin s'est encrassé.

    Je recommencerai l'expérience et je suis certaine qu' avec du temps et un peu plus d'expérience je pourrai obtenir de meilleurs résultats.

    Merci à Emilie pour ce procédé peu couteux et ingénieux.

     

    http://www.art-emilion.fr

    http://www.youtube.com/watch?v=G2w0IFm7JOY


     

  • photo gravure et photo litho

    Présentation

    Présentation de livres numériques en relation avec le domaine de la lithographie et de la gravure.

    Techniques anciennes ou récentes:

    Comme je le disais dans un post précédent tout le monde connait Googlebooks et lorsque l'on recherche des livres plus ou moins anciens c'est là que l'on cherche en priorité.

    Il faut savoir que tous les livres numérisés par googlebooks ne se retrouve pas sur leur site mais certains sont pourtant visibles ailleurs comme sur archive.org

    En voici encore un exemple: si vous rechercher par exemple ce livre sur google books vous ne le trouverez pas, et pourtant il existe bien en entier sur archive.org et comme l'indique le site, il a bien été numérisé par googlebooks.

    Si vous cliquez sur le lien du site (voir photo ci dessous) vous vous retrouverez sur la page googlebooks sans obtenir le livre.

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    vous obtenez cette page

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    et pourtant vous pouvez le lire sur la page d'archive.org encliquant sur le lien read online (voir la première image)J'ai déjà expliqué comment télécharger le livre en pdf sur son ordinateur dans le post précédent.

    Donc voici la présentation du livre en question

    Ce livre parle plus des techniques connexes à la lithographie et ce sont des techniques qui intéressent plus les amateurs de photographie "à l'ancienne"

     

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    Ce qu'il contient:

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

     

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,µ

     

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    un exemple de page:

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

     

     

    Mon avis personnel c'est que tout est fait pour dissuader les gens d'accéder aux livres tombés dans le domaine public et pourtant numérisés.

    Je trouve cela inadmissible: ce n'est pas comme cela que je conçois l'accès libre à la culture.




  • Présentation

    Présentation de livres numériques en relation avec le domaine de la lithographie et de la gravure.

    Techniques anciennes ou récentes:

    Collotype and photolithography de Julius SCHNAUSS

    http://www.archive.org/details/collotypeandpho00middgoog

    art, lithography, photo-lithography,collotype, impression,technique,practical,lithographie,lithography

    la table des matières

    art, lithography, photo-lithography,collotype, impression,technique,practical,lithographie,lithography

    La page relative à l'encadré rouge

    art, lithography, photo-lithography,collotype, impression,technique,practical,lithographie,lithography

  • Lithographie technique

    Livre ancien numérique en anglais

    Practical text book of lithograph de Browne, Warren C. (Warren Crittenden)

    http://www.archive.org/details/practicaltextboo00browuoft

    art,lithography,lithographie,technique,manuel,pratique,anglais, practical,

    Ce qu'il contient

    Clipboard01.jpg

    une page en exemple

    art, lithographie, lithography,livre numérique, pratique, technique, practical,

    Par exemple ici la recette pour conserver le dessin des pierres après l'impression.

  • etching a practical treatise

    En suite du post précédent

    voici le lien du livre téléchargeable sur archive.org

    http://www.archive.org/details/etchingapractica005496mbp

    Ce livre ancien est en anglais et traite de la gravure à l'eau-forte.

    Il comprend des recettes et toutes les méthodes de travail.

    En voici quelques extraits ( les couleurs ne sont pas d'origine, c'est juste parceque j'aime mettre de la couleur sur mon blog)

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    Clipboard08.jpg

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,