art du papier

  • walter Spitzer : lithographie

    walter Spitzer

    Illustration de "La nausée" de Sartre

    100_7541

    lithographie

    livre numéroté de ma collection personnelle.

  • walter Spitzer : lithographie 5

    walter Spitzer

    Illustration de "La nausée" de Sartre

    sptizer


    lithographie  (dans ma collection ).

    J'aime (dans la mesure de mes petits moyens) acquérir des éditions sur beau papier, lorsqu'elles sont illustrées d'estampes originales. Même si pour cela je dois me priver de vacances ou de restaurant.

    Rien, pour moi, ne remplace le plaisir d'allier l'écriture à l'estampe.

    Lire, si c'est en soit un plaisir, est décuplé lorsque l'écriture est imprimée sur un beau papier et enrichie d'illustrations soignées.

    Les papiers ont des textures parfois tellement différentes, et le plaisir du toucher que l'on ressent lorsque l'on tourne les pages d'un livre, le plaisir de contempler les couleurs riches d'une lithographie, le plaisir de poser les doigts sur une gravure et y sentir les aspérités laissée par la presse, sont des plaisirs auxquels je ne résiste pas.


  • walter Spitzer : lithographie 4

    walter Spitzer

    Illustration de "La nausée" de Sartre

    100_7539

    lithographie

    livre numéroté de ma collection personnelle.

  • walter Spitzer : lithographie

    walter Spitzer

    Illustration de "La nausée" de Sartre

    100_7538
    lithographie

    livre numéroté de ma collection personnelle.

  • walter Spitzer : lithographie

    walter Spitzer

    Illustration de "La nausée" de Sartre

    100_7536

    lithographie

    livre numéroté de ma collection personnelle.

  • Suminagashi ou papier marbré

    Matériel et ingrédients pour l'atelier de Suminagashi ou papier marbré, technique japonaise de décoration du papier.

    Alun :pour préparer votre papier.
    Carraghénane ou Methocellulose :pour fabriquer la solution gélatineuse sur laquelle les peintures flottent.
    Un grand récipient :un bassin ou un plateau qui devrait être assez grand pour étendre votre papier à plat sur la surface de la gelatine.
    Baguettes, pinceaux, peignes pointes :pour travailler les couleurs à la surface de la gelatine.
    Des compte-gouttes :pour appliquer le colorant : un pour chaque couleur.
    Palette avec godet :pour les mélanges de peinture.
    Peintures :acryliques, huiles, encre pour taille douce ou d'imprimerie.


    Préparation
    Placez des journaux pour protéger votre surface de travail et essayez d'avoir un point d'eau à proximité. Placez d'autres journaux en couches épaisses dans un coin de l'atelier pour le séchage des travaux. Placez votre récipient sur la surface de travail et remplissez-le à moitié d'eau propre et tiède.

    Préparation de la gelatine
    La première chose que vous devez faire est de fabriquer la solution de gelatine sur laquelle vous allez faire flotter les peintures. Il est préférable de la préparer 24h avant l'emploi. Ajoutez le carraghénane (poudre d'algues épaississante) lentement à l'eau en remuant. Commencez par environ 1/4 de verre de carraghénane par cinq litres d'eau chaude. Assurez-vous qu'elle soit entièrement dissoute, réfrigérez alors pendant 24 heures pour obtenir une meilleure viscosité et pour permettre aux bulles d'air emprisonnées de remonter vers la surface de la gelatine. Avant l'emploi, elle doit être chambrée à la température ambiante de l'atelier. Le baquet doit contenir en épaisseur +/- quatre à cinq centimètres de gelatine. La surface du baquet dépend de la taille des feuilles de papier destinées à l'impression. Ajoutez le carraghénane pour épaissir la gelatine si nécessaire, ou de l'eau pour la fluidifier. Juste avant d'ajouter les peintures, écrémez tout film d'impureté qui se forme sur la surface de la gelatine en traînant une bande de journal ou un papier absorbant d'une extrémité à l'autre du baquet.


    La gelatine peut être réemployée à plusieurs reprises
    Elle peut être conservée pendant 1 semaine à température ambiante avant qu'elle commence à prendre ensuite elle doit être jetée. Pour la maintenir plus longtemps conservez-la au frais. Vous pouvez conserver votre gelatine dans un baquet hermétique muni d'un couvercle. Remettez la à la température ambiante avant chaque utilisation. Ecrèmez avec le journal avant réutilisation si nécessaire.

    Placez vos couleurs
    Fluidifiez vos couleurs uniformément . Avec un compte-gouttes ou une seringue, déposez les à la surface de la gelatine aussi doucement que possible. La couleur devrait s'étendre à un cercle de 4 à 6 centimètres sur la gelatine. Essayez de garder la majeure partie des couleurs à la surface. Si trop de couleurs semblent descendre, fluidifiez davantage la couleur. Si la couleur s'étend trop loin, épaississez la peinture. Continuez à ajouter la peinture à la surface jusqu'à une bonne tonalité. Contrastez et accordez les tonalités. Vous pouvez ajouter de nouvelles couleurs à côté ou au-dessus aléatoirement. Les couleurs ne se mélangent pas, mais restent plutôt séparées. Vous pouvez enlever la peinture en passant un journal ou un papier absorbant sur la surface.

    Mise en oeuvre
    Placez vos couleurs acryliques ou autres à la surface de la gelatine, employez un pinceau japonais, un peigne ou des pailles, etc. Créez méticuleusement des remous, des volutes, des vagues. Vous pouvez créer des endroits "négatifs" dans la création en plaçant de l'eau savonneuse sur la surface avec un compte-gouttes ou en vaporisant. Employez 1/8 cuillère à café de savon liquide dans un demi-verre d'eau. Employez cette technique pour garder des réserves claires dans vos créations. Utilisez des peignes et des balais de brindille de votre conception pour créer des effets intéressants.

    L'eau calcaire
    Les eaux trop dures sont déconseillées . Si l'eau dans votre région est dure vous devez ajouter un certaine quantité d'adoucissant. Car l'eau trop chargée en calcaire peut influencer la qualité des résultats. Vous pouvez utiliser de l'eau de source ou de l'eau distillée.

    Préparation du papier
    Dissolvez 1/8 de verre d'alun par 25 cl d'eau chaude. Laissez refroidir cette solution à la température ambiante. Plongez une éponge dans la solution d'alun et épongez complètement la surface de votre papier (cette opération s'appelle le mordançage) elle permet aux colorants d'intégrer les fibres du papier. Laissez sècher la solution, car le papier doit-être obligatoirement sec avant l'impression.

    Création du Suminagashi
    Posez votre papier sur la surface de la gelatine entre deux à cinq secondes . Déposez le en commencant par le milieu pour éviter les bulles d'air et laissez les extrémités tomber sur la surface pour éviter les bulles d'air. Enlevez votre papier et si nécessaire enlevez la gelatine excessive en passant le papier légèrement sous l'eau avec précaution. Et voilà votre premier Suminagashi.

    http://www.reliure-art.com/lepapiermarbrele/index.html


    1_Agostini_Veronique_oct071

    http://www.agostiniveronique.com/cariboost1/

    Peinture originale à l'encre sur plusieurs papiers assemblés, encres flottantes (Suminagashi, technique japonaise) ; ensemble encollé sur une feuille blanche, signé et daté au crayon. Illustrations : deux oeuvres de Véronique Agostini

    1_Agostini_Veronique_oct072

  • walter Spitzer

    100_7535

    walter Spitzer

    Lithographie illustrant le roman  La Nausée de Sartre ( coll. Perso. Edition Lidis)