artiste

  • Antoni Clavé :gravure

    Antoni CLAVÉ
    Guerrier aux feuilles, 1969 Gravure au carborundum, 76 x 56,5 cm.

    clavé

     

  • Pierre Alechinsky et Peter Bramsen

    Un très beau reportage, qui me rappelle ma visite à l'atelier d' Arthur Robbe, il y a de cela bien des années.

    C'est maintenant Bruno robbe qui a repris l'atelier de son grand-père.

    Fondé par Arthur Robbe en 1950, l’atelier de lithographie est établi au 6 rue de la Liberté à Frameries (Belgique) site internet: http://www.brunorobbe.com/

    L'atelier a été depuis modernisé, l'ambiance de l'époque était plus proche de l'ambiance que l'on retrouve dans le film ci-dessous.



     Pierre Alechinsky et Peter Bramsen à La Cohue de Vannes

     

    Pierre Alechinsky expose en ce moment au Botanique à Bruxelles.


  • Mon coup de coeur de la semaine

    fond bon 4

    Un très beau site et le travail sensible d'un artiste qui gagne à être découvert.

    J'ai passé un très bon moment en découvrant le site de Mustapha Nedjai.

    http://www.nedjai.com/

     

     

  • Les paradis artificiels

    Collection " Gravure contemporaine"

    Les paradis artificiels de Charles Baudelaire illustrés de lithos de Hauterives

    Le texte ici

     (collection personnelle)

    hauterives (2)

    Les illustrations me ravissent toujours autant chaque fois que j'ouvre ce livre.



    Je vous livre ici le texte d'introduction de cette collection:

    La collection " gravure contemporaine" se propose de rassembler par l'entremise de la gravure originale et des artistes qui l'utilisent, quelques uns des aspects caractéristiques de l'art contemporain. Ce but nous a paru d'autant plus intéressant que la plupart des grands peintres de notre époque gravent une partie importante de leur oeuvre : lithographie,gravure sur cuivre sous toutes ses formes ( burin, pointe sèche, eau-forte, aquatinte, manière noire), sérigraphie ou gravure sur bois. Si quelques uns d'entre-eux ont renoncé au pinceau et au crayon pour n'être plus que des graveurs, c'est qu'ils ont trouvé dans une matière, pourtant difficile à travailler, un moyen d'expression particulièrement riche et nuancé.

    Si l'on aime à donner à l'estampe un rôle décoratif dans l'ornementation murale, il semble en définitive, que l'on éprouve un plaisir plus raffiné à la découvrir entre les feuillets d'un livre aux côtés des mots qui l'on inspirée.

    En présentant tour à tour les principaux graveurs actuels dans l'illustration de leur texte d'élection, nous désirons réaliser un panorama de la gravure contemporaine qui, nous l'espérons, servira la Bibliophilie moderne et fera la joie de l'amateur.


    Pour écouter Arnaud d’Hauterives l'auteur des illustrations c'est ici
    Sa biographie ici

  • Sur des pattes de velours - Le chat dans l'art

    La Städtische Galerie Karlsruhe (Allemagne)  exposait en 2006 - 2007

    Sur des pattes de velours - Le chat dans l'art


    Ce qu'il en était dit à l'époque


    Théophile-Alexandre Steinlen, Les chats, 1910<br />Association des Amis du Petit Palais, Genève

    Théophile-Alexandre Steinlen, Les chats, 1910
    Association des Amis du Petit Palais, Genève

    Au centre de cette exposition se trouve un des êtres les plus fascinants du monde animal: Le chat, qui est l'animal familier le plus aimé et le plus répandu dans le monde entier. En tant que phénomène historique-culturel et motif des Beaux-Arts, le chat est pour la première fois thématisé de manière approfondie à la Stàdtische Galerie Karlsruhe dans une exposition aux multiples facettes. On peut voir dans cette exposition un nombre important d'œuvres de grande valeur et pas seulement dans les domaines de la peinture, du dessin, de la gravure et de la sculpture, mais aussi dans le domaine de la photographie et de la bande dessinée.
    Le chat connaît une popularité croissante surtout depuis la fin du 18ème siècle. À l'époque du Siècle des Lumières le chat incarnait la sympathie en littérature comme dans les Beaux-Arts, appartenant à une société qui préférait de plus en plus la vie bourgeoise citadine et qui s'éloignait de ce fait de la nature. Aux 19ème et 20ème siècle, nombreux sont les artistes qui s'intéressent dans leurs œuvres à cet animal à la fois attirant et énigmatique et beaucoup d'entre eux ont eu dans leur entourage «un petit tigre de salon» à cajoler.

    Lovis Corinth, Junge Frau mit Katzen, 1904<br />Staatsgalerie Stuttgart

    Lovis Corinth, Junge Frau mit Katzen, 1904
    Staatsgalerie Stuttgart

    Aucun autre animal a développé une relation si étroite à l'homme que le chat domestiqué, sans en être pour autant son esclave. Le chat possède toutes les qualités pour partager un espace avec l'être humain sans limiter trop son confort: un chat peut - contrairement au chien - survivre sans l'homme; de plus il est à la fois indépendant et fier mais aussi caressant et distant, il rassemble en lui des instincts contrôlés ou pas et vit donc pleinement à la différence de l'homme. Axel Eggebrecht a écrit: «Le chat est un aristocrate anarchiste à l'élan vital prolétarien débordant de santé». Ainsi, dans le domaine artistique, on voit le chat représenté à la fois comme animal à caresser ou comme chasseur démoniaque sans oublier l'allusion que l'on fait à la ressemblance de la femme à une chatte dans certaines de ses attitudes. On peut dire que le chat est le compagnon de la société bourgeoise.
    Le but de l'exposition est de faire ressortir quel­ques aspects essentiels à partir d'un grand éventail de possibilités artistiques. Ainsi au 19ème siècle, des nombreux artistes tels le suisse Gottfried Mind, la hollandaise Henriette Ronner-Knip ou le munichois Julius Adam prennent le chat comme thème. Ils doivent leur renommée à leur spécialisation de chat et on leur donne souvent un surnom tel que le «chat Adam» ou le «chat Raffael». Le Français d'adoption Théophile-Alexandre Steinlen a une place à part en tant que peintre dessinateur publicitaire aux environs de 1900. Son œuvre jouit d'une grande popularité aujourd'hui encore dans le monde entier.

    Ernst Ludwig Kirchner, Schwarzer Kater (Kater Bobby), 1924/26<br />Privatbesitz, &copy;   Dr. Wolfgang & Ingeborg Henze-Ketterer, Wichtrach/Bern

    Ernst Ludwig Kirchner, Schwarzer Kater (Kater Bobby), 1924/26
    Privatbesitz, © Dr. Wolfgang & Ingeborg Henze-Ketterer, Wichtrach/Bern

    Le lien étroit entre l'homme et le chat a été un des sujets favoris des impressionnistes et de leurs contemporains tels Auguste Renoir, Pierre Bonnard, Félix Vallotton ou Max Slevogt et Lovis Corinth. Le chat a joué aussi un rôle très important chez les expressionnistes tels Ernst Ludwig Kirchner, Franz Marc et Max Pechstein.
    Dans l'art du 20ème siècle, la préférence des artis­tes pour «les pattes de velours» compris comme des êtres énigmatiques est indéniable: il en va ainsi pour Jankel Adler, Max Beckmann, Paul Klee, Heinrich Campendonk et Hanns Ludwig Katz. Chez d'autres artistes et aussi des sculpteurs comme Gerhard Marcks, le chat a une importance centrale et reflète selon le cas ce qu'il y a d'énigmatique dans la personne.

    Georg Baselitz, Katzenkopf, 1966/67<br />Kunsthaus Zürich

    Georg Baselitz, Katzenkopf, 1966/67
    Kunsthaus Zürich

    Jusqu'à aujourd'hui, le chat n'a rien perdu de son pouvoir de fascination aussi bien en tant qu'objet des Beaux-Arts que partie intègre de la société humaine - bien au contraire: «Vraisemblablement le petit tigre de salon est même plus populaire que jamais», écrit le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung le 10 mars 2006. Dans l'art contemporain on trouve des travaux impressionnants dans l'œuvre de Georg Baselitz, Martin Kippenberger ou Les Levine. Le sujet du chat est encore d'actualité aujourd'hui dans les bandes dessinées dont l'exposition nous montre de nombreux exemples, à commencer par le «Chat et la Souris» de Wilhelm Busch en passant par «Fritz le Chat» de Robert Crumb ou le «Garfield» de Jim Davis pour finir par «Strizz» de Volker Reiche. On doit ajouter que des dessins animés tels le classi­que «Félix le Chat» ou «Tom et Jerry» apportent beaucoup de plaisir aux adultes et non seulement aux jeunes visiteurs du musée.
    Le penchant particulier des artistes pour le chat est également sensible dans les dessins humouristiques de Tomi Ungerer, de Robert Gernhardt et aussi dans la photographie où le portrait du chat, seul, est un sujet favori ainsi que son portrait en compagnie de son maître.

    Julius Adam, Die Einquartierung, um 1890<br />Privatbesitz

    Julius Adam, Die Einquartierung, um 1890
    Privatbesitz

    La Städtische Galerie Karlsruhe



  • les artistes et les chats

    Jacques Villon

    villonchat

    eau-forte


    Léonor Fini

    chat léonor fini
    LE CHAT SOLEIL (illustration pour "LES ETRANGERS")


    Manet

    manetchat2

    eau-forte


    Spilliaert

    spilliaert17

    eau-forte


    Steinlen

     

    1239974-1616755

     


     

  • JACQUES HUSTIN

    Le chanteur Jacques Hustin est décédé ce lundi à l'âge de 69 ans dans sa maison de Ham-sur-Heure.

    Né à Liège en 1940, il a suivi des études de dessin et de peinture puis est devenu tour à tour illustrateur, décorateur de théâtre et enfin compositeur de musique de scène.

    En 1974, il accepte, sans grand enthousiasme de représenter la Belgique au concours Eurovision avec la chanson " Fleur de liberté " dont les paroles ont été écrites par Franck Gérald.

    Fin des années 80, il abandonne sa carrière musicale et revient pour de bon à la peinture.


    Hommage à

    JACQUES HUSTIN

    Un artiste modeste et pourtant tellement vrai

    musicienne jacques hustin

    La musicienne oeuvre de jacques Hustin.( photo du site )


     

    Fleur de liberté

    Reviens sur la Terre, fleur de liberté,
    Reviens sur la Terre, nos cœurs sont prisonniers.
    Il y a tant à faire et tant à aimer.
    Reviens sur la Terre, fleur de liberté.


    Est-ce vraiment un enfant du Bon Dieu
    Que j'ai vu passer ce matin ?
    Il avait l'air déjà d'un petit vieux
    Qui n'attend rien du lendemain.
    Est-ce vraiment un homme à qui j'ai parlé ?
    Il me regardait sans me voir.
    Pourtant rien d'autre ne nous séparait
    Que le grillage d'un comptoir.

    Toi qui étais la princesse du vent,
    Est-ce bien ici que tu vis,
    Dans ce palais de verre et de ciment
    Où les arbres sont l'ennemi ?
    Tu as les doigts crispés sur l'avenir
    Sans voir que le présent est mort.
    L'heure est venue pour moi de repartir,
    Ce soir, je serai seul encore.


    hustin
     Pour voir la vidéo cliquez sur l'image.