carborundum

  • La gravure au carborundum

    Dans ma bibliothèque technique:

    La gravure au carborundum Henri Goetz 1974 chez Maeght editeur

    Une partie de ce que j'en ai retenu

    l'aquatinte au carborundum

    La table des matières

    Goetz,aquatinte,carborundum, livre technique, bibliothèque, table des matières

     

    Goetz,aquatinte,carborundum, livre technique, bibliothèque, table des matières

     

    Ce livre date de 1974 : ci-dessus la table des matières (cliquez sur l'image pour pouvoir lire)

    Eventuellement des questions quand au contenu du livre? alors utilisez la boite mail du blog S.V.P..

     

     

     

  • Les tons en aquatinte (aquatinte au carborundum)

    3.jpg

    Les tons d’aquatinte avec la technique du carborundum
    Pour une aquatinte uniforme
    Mélange de base à appliquer sur la plaque de métal au pinceau (selon le dessin voulu)

    • 30cc blanc de titane impalpable
    • 40cc Acétate d’amyle
    • 20cc Alcool à brûler
    • 35cc Rhodopas « B » en poudre

    Réduire soigneusement le rodhopas en poudre dans un vieux moulin à café (ou à l’aide d’une molette et d’un marbre)

    Gris très clair

    • Mélange de base étendre en couche mince (1 part) + Carborundum 400 (une pincée)

    Gris moyen

    • Mélange de base (1 part) + Carborundum 400 (¼ part)

    Gris très foncé

    • Mélange de base (1 part) + Carborundum 400(environ ½ part)

    Noir
    à préparer lors de l’utilisation

    • Comme le mélange de base mais remplacer le blanc de titane par du noir de fumée (1 part) + Carborundum 400 (1 part)

    Séchage en quelques minutes :

    • Sur plaque chauffante ou au sèche-cheveux

    On peut utiliser un moyen plus simple en utilisant l’un des deux mélanges suivant :

    1. Couleurs « Flashe » (1/3 part) + Vernis V45 Durozier (1 part)
    2. Couleurs « Flashe » (1/3 part) + 1 part de la dissolution suivante : de rhodopas (2 parts) de trichloréthilène (1 part)

    Ils doivent être bien mélangés et allongés avec la moitié de leur volume d’alcool à brûler

    Pour obtenir des grainages différents on y mélange du carborundum en poudre de différents grammages.

    Si le produit sèche trop rapidement dans le flacon et lors de l’utilisation

    • y ajouter de l’alcool à brûler en complément.

    Une aquatinte au pastel à l'huile

    • Dessiner au bâton à huile sur une planche vernie au rodhopas et ensuite saupoudrer le dessin de carborundum n° 80 que l'on fait pénétrer délicatement dans le pastel avec les doigts.
    • S’il y a des dépassements indésirables on les enlève avec une lame fine.
      Enlever le surplus de carborundum avec un bout d'ouate très délicatement
      Ensuite chauffer à la flamme sur la surface dessinée pour faire adhérer et durcir le grain du dessin
  • question/réponse

    Le gaufrage:

    bravo en premier pour votre travail qui est très interessant et merci de nous faire partager toutes ces techniques "oubliées"...c'est assez rare je trouve de trouver toutes ces explications sur la toile.
    Je cherche une explication sur le mixage de technique "gravure et gaufrage" ou même sur le gaufrage seul (sur quel support doit on le faire si on veut le passer sous une presse par exemple?) pour faire des traits en relief

    Gael

     


    100_8042

    Bonjour Gael

    Le gaufrage se fait à partir d'un support fortement gravé, soit sur une plaque de zinc ou de cuivre dont on aura entaillé très fortement la plaque à l'acide. (lorsqu'il s'agit d'un gaufrage peu important)
    Soit en utilisant une plaque de  bois à la manière japonaise .
    Le gaufrage se fait généralement sans apport d'encre, mais on peut évidemment encrer le support si l'on veut.
    C'est surtout le papier qui aura une grande importance, car il devra supporter un dénivelé plus ou moins fort. Il faudra donc un papier à fort grammage.
    Je viens de poster sur mon blog une petite vidéo d'un artiste qui utilise le gaufrage à chaud comme première expression, mais cela bien qu'étant de la gravure, n'a plus rien à voir avec l'eau-forte et l'estampe comme on l'entend habituellement. Il fait en effet appel à une matrice et une contre-matrice.
    http://hbron1.skynetblogs.be/post/7898169/gaufrage-tout-en-delicatesse
    Il y a moyen de gaufrer le papier avec une presse à vis du style presse de notaire
    à la condition que
    *la plaque soit fortement mordue si c'est une plaque de cuivre ou de zinc
    *en utilisant un papier fort humidifié
    *en glissant entre la feuille de papier et la presse un support souple du style caoutchouc
    de manière à ce que la pression pousse le papier correctement dans les creux. Voir le résultat sur le blog de Ghislaine:
    il y est question d'une linogravure (mais cela peut être une plaque de bois gravée)
    http://premieresimpressions.blogspot.com/
    On peut également faire des gaufrages en utilisant une plaque travaillée au carborundum, cette technique au contraire de la gravure en creux ajoute de la matière à la plaque, la matière ajoutée formera en fait le creux à l'impression.
    Pour la technique du carborundum voir la page ci dessous:
    http://hbron1.skynetblogs.be/post/4302620/le-carborundum-technique-1
    Un exemple du résultat que l'on peut obtenir se trouve au lien suivant:
    http://www.galerie-eclatdart.com/les-artistes-3/hamann-16.html

    En espérant que ces infos vous permettrons d'avoir une idée plus précise de la technique.
    Si je n'ai pas entièrement répondu à votre questionnement, vous pouvez toujours me recontacter et poser une question plus précise sur ce que vous recherchez.

     


     

    ps: il existe également une méthode appelée aquagravure qui consiste à graver une planche de bois, un platre, ou tout autre médium en forte profondeur et d'en faire un moule en silicone, maintenu par un cadre.

    Ce moule sera encré avant de recevoir la pâte à papier qui sera tassée à l'aide d'une presse verticale ( genre presse de notaire) le papier et l'encre séchent alors  ensemble. Le pressage se fait par palier.

    L'épaisseur du papier est alors plus importante que dans une gravure "normale"

     

     

  • LE CARBORUNDUM: technique (1)

    • Procédé de gravure mis au point par le graveur Henri Goetz

    ce livre fait partie de ma collection personnelle et n'est pas facile à trouver.

    Voici ce que j'en ai retenu:Goetzateliergoetzgravure

     
      
    goetz gravuregoetz livre
     
     
     
     
     
     
    Spécificités de la gravure au carborundum 
    • Le Carborundum  est composé de grains de siliciure de carbone plus ou moins gros retenant l'encre.  
    • Le principe essentiel de cette technique est d'obtenir à l'aide de grain de carborundum, une grenure plus ou moins intense de certaines parties d'un tracé ou surface sur une plaque de métal.
    • A l’inverse des procédés habituels, il s’agit avant tout d’ajouter de la matière dont la principale qualité est de résister aux fortes pressions exercées par la presse lors de l’impression (carborundum, vernis synthétique ou les deux à la fois) à une surface plane et rigide, plutôt que d’en enlever.
    • L’encrage se fera de la même manière que pour les techniques en creux classiques.
    • Une qualité essentielle est de pouvoir effectuer de nombreux tirages sans avoir recours à l’aciérage.
    • Une des qualités, et non la moindre est la facilité de mise en œuvre du processus qui ne demande pas l’utilisation de produits tel que l’acide et d’habileté particulière quand au processus de gravure.
    • Il est évident que l’on ne pourra pas comparer ce genre de travail à par exemple une gravure classique,  mais par contre elle donnera des effets impossibles à obtenir par les voies habituelles.
    Corrections (solvant utilisé)
    ·         Les corrections immédiates se font par lavage au trichloréthylène qui enlève toute trace du travail.
    Nettoyage de la plaque (solvant utilisé)
    ·         Pour nettoyer la plaque lors de l’encrage, on utilise de l’essence minérale qui n’attaque pas la résine
    Les procédés
    Procédé simplifié:
    • Le carborundum peut être étalé sur une plaque de métal, incorporé à une résine synthétique ou à de la colle vinylique ou à un médium acrylique, mélangé à de la peinture acrylique.
    • Pour obtenir des tons d’intensité plus ou moins prononcées, il faut mélanger de la peinture acrylique et du  liant acrylique (ou vinylique)
    • ou à de la résine synthétique  auquel on ajoute de la poudre de carborundum que l’on va faire varier en quantité et en calibre, selon l’effet désiré 

    • Procédé de gravure mis au point par le graveur Henri Goetz

    ce livre fait partie de ma collection personnelle et n'est pas facile à trouver.

    • Procédé de gravure mis au point par le graveur Henri Goetz

    ce livre fait partie de ma collection personnelle et n'est pas facile à trouver.

    • Procédé de gravure mis au point par le graveur Henri Goetz

    ce livre fait partie de ma collection personnelle et n'est pas facile à trouver.

    • Procédé de gravure mis au point par le graveur Henri Goetz

    ce livre fait partie de ma collection personnelle et n'est pas facile à trouver.

     

    •  
      • Gris clair: le mélange + une pincée de carborundum 800 ou très peu de 400.  
      • Gris moyen: le mélange + une petite quantité de carborundum 400.  
      • Gris très foncé: le mélange + une assez grande quantité de carborundum 400.  
      • Noir: une part du mélange+ une part de carborundum 400 ou mieux carborundum 220.  
      • Tous ces mélanges sont employés au pinceau sur plaque qu’on laisse sécher avant de procéder aux opérations d’impression.
      • Il est bien entendu possible d’intervenir sur le travail avant le séchage de la composition avec divers instruments selon ce que l’on recherche comme effet.
    • A la place du carborundum, il est possible d'employer du verre moulu broyé dans un vieux moulin à café que l’on réservera à cet usage. On peut calibrer le verre à l'aide de tube en carton dont une extrémité est fermée par une étoffe plus ou moins fine.
    • ce procédé est valable également sur Rhodoïd, Plexiglas, mais uniquement pour de petits tirages.
    • Il faut toujours frotter les surfaces avec du papier de verre, avant l'application du mélange pâte / carborundum afin que celui-ci accroche bien sur la planche.
    • Les effets de matières, sont obtenu par l’emploi de modeling paste et dérivés acryliques, on peut également utiliser les résines de réparation des coques bateau ou de carrosserie que l’on trouve facilement dans les magasins de bricolage.
    la suite  est à venir.....