degas

  • La curieuse vie de Marcellin Desboutin


    "La curieuse vie de Marcellin Desboutin"

    L'unique livre (ancien) paru sur cet artiste à découvrir sur "Archive Internet" Pour accéder au livre directement cliquez sur le titre ci-dessus.


    Marcellin Desboutin, né à Cérilly (Allier) le 26 août 1823 et mort à Nice le 18 février 1902, est un peintre, graveur et écrivain français

    Fils de Barthélémy Desboutin, garde du corps de Louis XVIII, et de la baronne Anne-Sophie-Dalie Farges de Rochefort. 

    Il acquiert en 1857 une grande propriété près de Florence, l'Ombrellino, où il mène une vie fastueuse et se lie avec Edgar Degas.DESHP

     

    En 1873, ruiné, Desboutin s'installe à Paris, où il retrouve Degas et fréquente Édouard Manet chez qui il rencontre Zola.

    Pour gagner sa vie, il étudie la gravure et commence une série de pointes sèches tout en exposant ses peintures aux salons. Il participe ainsi à la deuxième exposition des impressionnistes avec six tableaux, dont Le Chanteur des Rues et Le Violoncelliste.

    Il fait de nombreux portraits de ses amis, parmi lesquels Edgar Degas, Auguste Renoir, Berthe Morisot, Pierre Puvis de Chavannes, Eugène Labiche, Nina de Villard, Erik Satie, Joséphin Péladan, Edmond et Jules de Goncourt. En 1880, la nostalgie du soleil le pousse à s'installer à Nice, où il demeure jusqu'en 1888.

    Avec la découverte, dans une villa de Grasse, de cinq compositions de Fragonard, Marcellin Desboutin réalise cinq merveilleuses gravures d'interprétation  : la Surprise, le Rendez-vous, la Confidence, l'Amant couronné et l'Abandonnée.


     

     L'Absinthe de 1876.decoration

    Edgard Degas a peint Desboutin dans son célèbre tableau " l'Absinthe"

     


    Et Desboutin a peint et gravé souvent des portraits de Degas

     

    degas au chapeau


    dumas fils
    « Le portrait a toujours attiré Desboutin, non le portrait cherché, posé, figé ; mais le portrait libre où le modèle est saisi dans une attitude familière. Nul procédé ne convenait donc mieux à son tempérament que la pointe sèche. Là pas de morsures prudentes à l'eau-forte, pas de longs calculs, pas de travail patient, mais une improvisation nerveuse, souple, d'après le vif. Le personnage s'assied un instant dans l'atelier en causant, Desboutin prend sa pointe, grave le cuivre, le raie de traits fins et alertes ; et là, comme lorsqu'il peint, il ne garde rien des procédés habituels ; il n'ébarbe pas ses traits, mais profite de tous ces accidents pour obtenir des lignes plus grosses, des noirs ; procédé qui a du reste l'inconvénient de ne permettre qu'un tirage très restreint d'épreuves, la planche étant rapidement abîmée sous la presse. Aussi, plus que chez tout autre graveur, faut-il rechercher la première épreuve, et la collection qui est réunie à l'école des Beaux-Arts est extrêmement intéressante à ce sujet. »

    source: wiquipédiaherold dumas


     

    manet accoudé

    Manet accoudé


    morisot


    verlaine


    renoir accoudé

    Renoir accoudé

  • vol de quatre tableaux

    à Zurich
    L’un des plus gros vol de tableaux jamais commis en Europe, selon la police suisse.Clipboard
    Ils s’appellent

    • « Les coquelicots près de Vetheuil », de Claude Monet (1879);
    • « Comte Lepic et ses filles » d’Edgar Degas (1871);
    • « Branche de marronnier en fleurs » de Vincent Van Gogh (1890);
    • « Le garçon au gilet rouge » de Paul Cézanne (1888).

    Ces quatre toiles, évaluées à 112 millions d’euros, ont été volées, dimanche après-midi, à la Fondation Collection E.G. Bührle, à Zürich.

    Pour la police suisse, le cambriolage de dimanche est «le plus gros vol de tableaux jamais commis en Suisse, certainement même en Europe ».

    En fait, presque ....

    En 1988, trois tableaux de van Gogh, estimés à 125 millions d’euros, avaient été dérobés dans le musée d’Arnhem, aux Pays-Bas.