estampe

  • les robes

    Petite composition, basée sur des impressions monotypes, puis scannage, puis travail à la tablette graphique.

    défilé.jpg

     

  • L'encollage des papiers (suite 4)

     

    encollage.2.jpgCes extraits ont été traduit en fonction de ce que je connais des procédures utilisées, j'ai essayé de faire en sorte que ce soit compréhensible et de ce fait peut-être que je n'ai pas toujours respecté les termes exacts des textes originaux.

    En retapant les titres des livres sur Google, il doit être facile de retrouver le texte original ou alors en allant directement sur le site http://woodblock.com/

    Extrait du livre: « Evolving Techniques in Japanese Woodblock Prints, Petit & Arboleda, 1977 »

    Papier japonais fait main est rarement utilisé par les artistes d'impression sans encollage préparatoire, afin de contrôler la capacité d'absorption du papier.

    En fait, de nombreux artistes utilisent des papiers préencollés disponible dans les magasins de fournitures d'art, mais certains artistes préfèrent encoller leur propre papier.

    Pour tester le degré d’encollage d’une feuille de washi, humidifier d’un peu de salive un coin du papier. Si la salive est rapidement absorbée cela signifie que l’encollage est léger.

    L’encollage est généralement faite par mélange de  « nikawa » (colle animale) dissoute dans  l'eau bouillante et de l'alun. Ce qui suit sont quelques recettes de base. Selon les besoins, l'artiste ne peut évidemment faire des ajustements à ces recettes.

    • 1 litre d'eau chaude
    • 42 grammes de nikawa, ramollie dans l'eau
    • une pincée d'alun

    Une autre préparation est largement utilisée:

    • 180 ml d'eau chaude
    • 3,75 grammes de nikawa, ramollie dans l'eau
    • 1,12 gramme d'alun dans une cuillère à soupe d'eau chaude

    Une troisième préparation se compose de:

    • 3,8 litres d'eau chaude
    • 228 grammes de nikawa, ramollie dans l'eau
    • 85 à 114 grammes d'alun dans une petite quantité d'eau

    Dans chacune de ces recettes, le nikawa est ramolli dans de l'eau sur un feu très doux ou au bain-marie. Ensuite, l'eau chaude, est portée jusqu’à ébullition. Le nikawa ramolli et l'eau chaude doivent être bien mélangés.

    Il ya deux façons d'ajouter de l'alun.

    Soit il s’ajoutera directement dans le mélange de colle, soit le dissoudre dans un peu d'eau dans une casserole et porter la solution à ébullition, enfin de l'ajouter au mélange de colle.

    Le mélange de colle et d'alun doit être bien agité et cuits jusqu'à ce que tous les ingrédients soient dissous et le mélange est translucide et prendre la couleur d’un thé léger.

    Pendant la cuisson, le mélange de colle ne doit jamais être porté à ébullition.

    Une fois que tous les ingrédients sont complètement dissous, en conformité avec les effets que  l'artiste souhaite obtenir, il peut filtrer le mélange à travers un tissu de coton ou de soie pour éliminer les matières étrangères.

    La préparation doit être à température ambiante au moins, ou légèrement au-dessus, lorsqu'il est appliqué sur le papier.

    Si elle est trop chaude, cela peut endommager le papier, si elle est trop froide, elle sera gélatineuse et impossible à étendre. La préparation est appliquée avec un gros pinceau plat à la fois résistant et souple.

    Bien sûr, les feuilles de papier doivent être séchées séparément pour les empêcher de coller ensemble.

    Une bonne méthode consiste à les suspendre par des pinces sur un fil.

    Quand le papier est séché, ou parfois quand il est encore un peu humide, l'autre côté de la feuille peut être encollé si l'artiste le désire.

    Il convient également de noter que le dosage de l’encollage appliqué doit être adapté à la météo, car le papier absorbe l’humidité selon les conditions climatiques. La solution de colle ne conserve pas et doit être utilisée le jour où elle est préparée. Ne pas tenter de réchauffer ou de réutiliser un ancien pot de préparation.

    Il est recommandé d'utiliser deux ou plusieurs encollages minces plutôt qu’un seul encollage épais.

    Naturellement, comme un artiste prend la peine de préparer sa propre solution, il est toujours possible de modifier les pourcentages dans les ingrédients en vue de garantir l'effet précis que l’artiste veut obtenir.

  • L'encollage des papiers (suite 3)

     

    Notes: Toutes ces recettes et procédures sont données ici telles qu'elles apparaissent dans les livres, je ne les ai pas testées personnellement.

     

     encollage.2.jpg

     

    Ces extraits ont été traduit en fonction de ce que je connais des procédures utilisées, j'ai essayé de faire en sorte que ce soit compréhensible et de ce fait peut-être que je n'ai pas toujours respecté les termes exacts des textes originaux.

    En retapant les titres des livres sur Google, il doit être facile de retrouver le texte original ou alors en allant directement sur le site http://woodblock.com/

    Extrait du livre: “Colour Woodcuts, John Platt, 1948”

    Les deux papiers Hosho et Torinoko ont besoin d’un encollage avant d'être imprimés, pour s'assurer de l'uniformité de la qualité dans la couleur et aussi pour leur permettre de supporter le frottement du Barren, et également pour éviter que les fibres du papier ne se collent au bloc. La solution est composée de feuille de gélatine (disponible depuis n'importe quel épicier) et d’alun, dans les proportions suivantes:

    Rappel : (1oz= 30gr) et  (1 pinte=0.473 litre)

    Hosho

    • 1/2 oz. gélatine
    • 2 pintes d'eau  
    • 1/4 oz. alun en poudre

    Torinoko

    • 1/4 oz. gélatine
    • 2 pintes d'eau
    • 1/8 oz. alun en poudre

    Procédure :

    Mettre la quantité requise d'eau dans une casserole épaisse à feu doux.

    Ajouter la gélatine en remuant continuellement.

    L'eau doit être suffisamment chaude pour dissoudre la gélatine mais ne pas bouillir. Cependant la préparation sera meilleure si la solution est très chaude.

    Avant d'utiliser, il faut filtrer au travers d'un tissu fin, et déposée dans une casserole émaillée assez large et qui soit suffisamment large que pour pouvoir recevoir le pinceau dans toute sa largeur, qui devrait être d'environ quatre pouces (10 cm) de large. La brosse à vernir  est excellente, mais un pinceau plus petit peut être utilisé également.  

     

    Le papier Hosho est encollé uniquement sur le recto. Le papier Torinoko, est encollé des deux côtés. C'est pour cette raison qu’une solution plus faible est utilisée.

    Installer  une grande planche à dessin propre en position inclinée (environ quarante-cinq degrés), poser un bac contenant la solution immédiatement au-dessous du bord inférieur de la planche.

    Pour éviter que la première feuille de papier ne glisse sur la planche sèche, brosser celle-ci avec un peu de la solution d’encollage.

    •       Placez le papier sur le tableau, levez la marge inférieure du papier avec la main gauche.
    •       Puis - commençant par le haut - brossez la solution uniformément sur le papier jusqu'à ce qu'elle soit encollée partout, de gauche à droite.
    •       Le papier ne doit pas être « inondé » par la solution, mais il doit être uniformément et généreusement imbibé.
    •       Utilisez la brosse légèrement et doucement afin de ne pas abîmer la surface du papier.

    La main gauche est progressivement abaissée jusqu'à ce que, au dernier coup, le papier est bien à plat sur la planche inclinée.

    Placez la deuxième feuille de papier sur le dessus de la première et procéder comme avant, et continuer ainsi jusqu'à ce que toutes les feuilles soient encollées.

    Laisser les feuilles l’une au-dessus de l'autre durant la phase d’encollage permettra d'assurer un encollage qui se diffusera partout de la même manière. Cependant il faudra veiller à ce que les feuilles n’aient pas le temps de sécher sinon elles se colleront ensemble et cela sera fichu.

    Pour le séchage, les impressions peuvent être commodément épinglées sur une cimaise ou bord d’une  table, ou pendues à des cordes. Tant que le papier est humide des impuretés dans le papier  peuvent être éliminées avec une fine pince, le papier étant placé sur une plaque de verre.

    Pendant ces opérations des précautions doivent être prises pour éviter le froissement du papier, car les plis sont quasis impossible à éliminer par la suite.

  • L'encollage des papiers (suite 2)

    encollage.2.jpg

    Encore un extrait d'un autre livre, il est toujours intéressant de pouvoir comparer les différentes explications données dans des ouvrages différents. A chacun d'en garder ce qui lui semble lui convenir le mieux.

     

     

    Notes: Toutes ces recettes et procédures sont données ici telles qu'elles apparaissent dans les livres, je ne les ai pas testées personnellement.

     

     

    Ces extraits ont été traduit en fonction de ce que je connais des procédures utilisées, j'ai essayé de faire en sorte que ce soit compréhensible et de ce fait peut-être que je n'ai pas toujours respecté les termes exacts des textes originaux.

    En retapant les titres des livres sur Google, il doit être facile de retrouver le texte original ou alors en allant directement sur le site http://woodblock.com/

     

    Extrait du livre: “Woodblock Printing, Frank Morley-Fletcher, 1916”

    La  feuille de gélatine vendue  pour la cuisine fait un excellent ingrédient pour la préparation d’encollage du papier.

    • Six feuilles dans une une pinte d'eau (équivalence : 1 pinte=0.473 litre) est une bonne proportion. La gélatine est dissoute dans l'eau chaude, mais ne doit pas bouillir, car cela détruit en partie les propriétés de la préparation.
    • Un peu d'alun en poudre est également ajouté (plus ou moins l’espace occupé par une pièce d’un shilling pour  un litre d'eau). L'ajout de l'alun est importante, car elle agit comme un mordant et contribue à mieux fixer le rendu des couleurs.

    Encollez  le papier, en appliquant la préparation avec une brosse large de 10 cm.

    Pour ce faire, le papier est posé sur une planche inclinée et la préparation brossée d’amont en aval sur le papier à partir de l'extrémité supérieure du papier. I

    l faut prendre soin de ne pas faire des plis dans le papier, car ceux-ci restent marqués. Pour éviter cela, le bas de la feuille peut être tenu avec la main gauche et soulevé lorsque cela est nécessaire lorsque la brosse arrive vers le bas.

    Le  papier n'a pas besoin ni d'être détrempé, ni sa surface, brossée inutilement, mais elle doit être entièrement et uniformément couverte par  l’encollage.

    La feuille est ensuite détachée de la planche par les deux coins supérieurs et attachée  sur une corde tendue à travers l'atelier par ces mêmes coins.

    Les feuilles sont laissées en suspens jusqu'à ce qu'elles soient sèches.

    Les Japonais posent également les feuilles par leur centre sur la corde tendue, laissant les deux moitiés de la feuille pendre de part et d’autre de la corde.

  • L'encollage des papiers

    L'encollage des papiers pour l'impression d'une estampe.

    Cela fait un moment que je n’ai plus poster d’article technique.

    En allant visiter le site http://woodblock.com/, un site que je recommande à tous ceux que la xylographie intéresse.

    J’ai pu y lire quelques extraits de livres anciens concernant plus spécifiquement la préparation des papiers japonais destinés à l’impression d’estampes japonaises.

    Je pense que ces recettes peuvent également servir et intéresser toutes personnes qui auraient envie de préparer un papier plus personnel qu’il juge trop absorbant(que celui-ci soit destiné  à l’impression ou pas).

     

    art, estampe, japon, xylographie,impression, préparation des papiers, encollage,recettes

     

    Je donne ici la version traduite de ces textes

    Voici le premier:

    Extrait du livre : « Japanese Wood-Block Printing, Hiroshi Yoshida, 1939»

    En été, l’encollage du papier est nécessaire, mais en hiver un encollage plus mince est suffisant.

    La recette est préparée en faisant bouillir de la colle et de l'alun dans l'eau dans la proportion suivante:

    La colle sur 33 onces (990ml) et de l'alun sur quatorze onces (420 ml), cuites dans environ quatre litres d'eau.

    Ces  proportions sont pour une préparation standard pour des feuilles d’hosho.

    Cette préparation est étalée sur le  recto du papier avec un pinceau large, ou un pinceau japonais, et on le sèche en l'accrochant sur un fil.

    Lorsque le papier est séché, le verso est traité de la même manière.

    L’encollage sur le verso peut être mince ou plus épais, selon l'état du papier après l'application de la préparation sur le recto, et également selon l'exigence particulière du moment, c'est le cas par exemple, si la feuille doit recevoir plusieurs passages d'impressions. L’encollage sur le recto est de permettre aux pigments de coller au papier de manière uniforme tandis que l’encollage sur le verso est destiné à protéger la surface et de faciliter le frottement par le barren. Donc, si les travaux de la barren doit être répété très souvent, l’encollage peut être à nouveau nécessaire avant la fin de l'impression. Les beaux jours devraient être choisis pour l'application de la préparation sur le papier hosho et les jours de pluie devraient être évités. Il est impossible d'imprimer sur hosho sans application de cette préparation : le papier colle au bloc, et le barren ne se déplace pas sans à-coup sur le dos, ce qui risque d’endommager le papier.

    Quand il est nécessaire d'appliquer de nouveau la préparation compte tenu des impressions répétée,  l'impression doit d'abord être  séchée, puis on applique la préparation, et l'impression doit à nouveau être séchée afin qu'il soit prêt pour l'impression.

    Fusuma, une sorte de papier Torinoko, est un papier qui contient déjà un certain encollage. Mais si un beau travail est à faire, un encollage supplémentaire devrait être appliqué, mais celui-ci sera plus léger à raison d’une dilution d’environ quatre fois (ajouter quatre parties d'eau à la préparation de base.)

    Il est très difficile sans expérience d’appliquer la préparation uniformément sur le papier. La préparation même peut être appliquée sur toute une série de papiers, mais en fonction de la vitesse de passage et de la dose appliquée par la brosse sur le papier, une grande différence sera constatée dans le résultat. Le résultat est donc tributaire de l’expérience

  • Le grand livre de la gravure

    Dans ma bibliothèque technique:

    Véritable encyclopédie, Le grand livre de la gravure révèle toute la richesse de cet art. Retraçant l'historique des diverses techniques traditionnelles, et présentant les savoir-faire contemporains, cet ouvrage dresse un panorama complet des méthodes de gravure. Des rubriques "pas à pas", précises et illustrées, exposent  les outils, les matériaux et les gestes à adopter pour chacune des techniques.

    Mon avis: Ce livre est complet mais la traduction française laisse parfois à désirer quand à certains mots plus spécifiques.

    9782350171876.jpg

    SOMMAIRE

    • Taille-douce
      • Introduction à la taille-douce
      • Eau-forte
    • Gravure directe
      • Collagraphie
      • Impression de l'image gravée en taille-douce
    • Taille d'épargne
      • Introduction à la taille d'épargne
      • Gravure sur bois de fil
      • Linogravure
      • Papier chine collé
      • Gravure sur bois de bout
      • Impression de l'image gravée en taille d'épargne
    • Lithographie
      • Introduction à la lithographie
      • Lithographie sur pierre
      • Lithographie sur plaque de zinc
      • Lithographie sur plaque de polyester
      • Impression de l'image lithographique
    • Sérigraphie
      • Introduction à la sérigraphie
      • Equipement et matériaux
      • Pochoirs
      • Impression de l'image sérigraphique
    • Monotype
      • Introduction au monotype
      • Séparation des couleurs
      • Méthodes alternatives d'impression monotype
    • Ressources
      • Ateliers
      • Répertoire d'ateliers
      • Coordonnées d'artistes
      • Fournisseurs
      • Bibliographie
      • Glossaire
      • Index
      • Crédits photographiques

     

    Ce livre est édité par Eyrolles

  • nature morte

    art, estampe, collagraphe, impression,encrage, nature morte

    art, estampe, collagraphe, impression,encrage, nature morte

    art, estampe, collagraphe, impression,encrage, nature morte

    art, estampe, collagraphe, impression,encrage, nature morte