giotto

  • Instantané : Van Gogh

    Van Gogh et la couleur

    Petit voyage dans sa tête:

    Voici un extrait d'une vieille édition d'un  livre que je possède couverture livre lettres à E Bernardet intitulé :

    Lettres à Emile Bernard de Vincent Van Gogh,Paul Gauguin,Odilon Redon, Paul Cézanne,Elémir Bourges,Léon Bloy,G. Apollinaire,Joris-Karl Huysmans,Henry de Groux.

    emile bernard

    Lettres de Van Gogh à l'adresse d'Emile Bernard;

    En voici une:lettre de van gogh à bernard

    Arles 1988
    Mon cher copain Bernard,
    Il me semble toujours,de plus en plus,que les tableaux qu'il faudrait faire pour que la peinture actuelle soit entièrement elle et monte à une hauteur équivalente aux cîmes sereinesqu'atteignirent les sculpteurs grecs, les musiciens allemands,les écrivains de romans français dépassent la puissance d'un individu isolé :ils seront donc créés probablement par des groupes d'hommes se combinant pour exécuter une idée commune.
    Tel a une orchestration superbe des couleurs et des idées. Tel surabonde en conceptions neuves,navrantes ou charmantes,mais ne sait les exprimer d'une façon suffisamment sonore, donnée la timidité d'une palette bornée.
    Grande raison pour regretter le manque d'esprit de corps dans les artistes, lesquels se critiquent,se persécutent,tout en ne parvenant heureusement point à s'annuler.
    Tu diras que tout ce raisonnement est d'une banalité-que soit!

    La chose elle-même pourtant : l'existence d'une Renaissance, ce fait-là, certes, n'en est pas une de banalité.
    Une question technique.

    Dis-moi un peu ton opinion dans ta prochaine lettre. Le noir et le blanc; tel que le marchand nous les vend, tout simplement, je vais les mettre sur ma palette hardiement et les employer tels quels.
    Lorsque- et remarque que je parle de la simplification de la couleur à la Japonaise- lorsque je vois dans un parc vert, aux sentiers roses, un monsieur qui habillé de noir et juge de son métier ( le Juif arabe dans le Tartarin de Daudet appelle cet honrable fonctionnaire zouge de paix), lequel lit- l'Intransigeant-et au-dessus de lui et du parc un ciel d'un simple cobalt. Pourquoi ne pas peindre le dit zouge de paix, avec du simple noir d'os, et l'Intransigeant avec du simple blanc tout cru?
    Car le japonais fait abstraction du reflet, posant des teintes plates l'une à coté de l'autre, des traits caractéristiques arrêtant des mouvements ou des formes.
    Dans une autre catégorie d'idées, lorsqu'on compose un motif de couleur exprimant par exemple un ciel jaune du soir, le blanc cru et dur d'un mur blanc contre le ciel à la rigueur s'exprime, et d'une facon étrange, par le blanc cru rabattu par un ton neutre, car le ciel même le colore d'un ton lilas fin.
    Encore dans ce paysage si naïf lequel est sensé nous représenter une cabane blanchie entièrment à la chaux ( le toit aussi), posée sur un terrain orangé, certes, car le ciel du midi et la méditerranée bleue, provoquent un orangé d'autant plus intense que la gamme des bleus est plus montée de ton, la note noire de la porte, des vitres, de la petite croix sur le faîte font qu'il y a un contraste simultané de blanc et noir agréable à l'oeil tout autant que celui du bleu avec l'orangé.
    Pour prendre un motif plus amusant supposons une femme habillée d'une robe carrelée, noir et blanc dans le même paysage primitif d'un ciel bleu et d'une terre orangée, ce serait assez drôle à voir, j'imagine.

    Justement à Arles on porte souvent du carrelé  blanc et noir.
    Suffit que le noir et le blanc sont des couleurs aussi, car dans bien des cas, elles peuvent être considérées comme couleurs, leur contraste simultané étant aussi piquant que celui du vert et du rouge par exemple.
    Les Japonais s'en servent d'ailleurs. Ils expriment merveilleusement bien le teint mat et pâle d'une jeune fille et le contraste piquant de la chevelure noire avec du papier blanc et quatre traits de plume.
    Estampe japonaise de Takahashi Sans compter leurs buissons d'épines noires étoilés de mille fleurs blanches.
    J'ai enfin vu la Méditerranée, laquelle, il est probable,tu franchiras avant moi? Ai passé une semaine à Saintes Marie, il y avait des filles qui faisaient penser à Cimabue

    Cimabue

     

    et à Giottogiotto,minces,droites,un peu tristes et mystiques.
    Sur la plage toute plate,sablonneuse,de petits bateaux,verts,rouges,bleus, tellement jolis comme forme et couleur qu'on pensait à des fleurs.

    Vincent van Gogh, juin 1888

    Un seul homme les monte,ces barques-là ne vont guères sur la haute mer. Ils fichent le camp lorsqu'il n'y a pas de vent et reviennent à terre s'il en fait un peu trop.
    Il paraît que Gauguin est toujours,encore malade.
    Je suis bien curieux de savoir ce que tu as fait dernièrement; moi je fais toujours, encore du paysage,ci-inclus croquis. J'aurais bien envie de voir l'Afrique aussi,mais je ne fais guère de plan fixe pour l'avenir,cela dépendra des circonstances.
    Ce que je voulais savoir c'est l'effet d'un bleu plus intense dans le ciel. Fromentin
    rue constantine fromentinet Gérôme Gerome le bainvoient le terrain du midi incolore et un tas de gens le voient tel. Mon Dieu oui, si vous prenez du sable sec dans votre main, si vous allez regarder cela de près, l'eau aussi; l'air aussi considérés de cette façon sont incolores.  Pas de bleu sans jaune et sans orangé, et si vous faites le bleu, faites donc le jaune, l'orangé aussi n'est-ce pas! Enfin, tu vas me dire que je ne t'écris que des banalités. Poignée de main en pensée. Tout à toi.