Web

  • Sérigraphie, effet lithographique ( technique )

     

    Sérigraphie

     

    Le travail au crayon lithographique.

    On peut travailler en sérigraphie à la manière d'ue lithographie.

    On utilise alors comme matière soit un rhodoïd dépoli par sablage, soit un support spécial, soit en dessinant directement sur la trame du cadre sérigraphique.

    Si l'on travaille avec des crayons lithographiques de dureté différente, on peut obtenir tous les effets obtenus en lithographie classique.

     

    Blog "histoires d'encres et de papiers", Hbron, sérigraphie, effet lithographique, technique

    ci-dessous petit pdf informatif sur la sérigraphie (image tirée de ce pdf )

     

    serigraphie.pdf

    Inspiration pour ce billet : Livre : la sérigraphie de Michel Caza aux éditions Bonvent 1973

     

    Blog "histoires d'encres et de papiers", Hbron, sérigraphie, effet lithographique, technique

     

     

     

    Lire la suite

  • Lithographie technique

    Livre ancien numérique en anglais

    Practical text book of lithograph de Browne, Warren C. (Warren Crittenden)

    http://www.archive.org/details/practicaltextboo00browuoft

    art,lithography,lithographie,technique,manuel,pratique,anglais, practical,

    Ce qu'il contient

    Clipboard01.jpg

    une page en exemple

    art, lithographie, lithography,livre numérique, pratique, technique, practical,

    Par exemple ici la recette pour conserver le dessin des pierres après l'impression.

  • etching a practical treatise

    En suite du post précédent

    voici le lien du livre téléchargeable sur archive.org

    http://www.archive.org/details/etchingapractica005496mbp

    Ce livre ancien est en anglais et traite de la gravure à l'eau-forte.

    Il comprend des recettes et toutes les méthodes de travail.

    En voici quelques extraits ( les couleurs ne sont pas d'origine, c'est juste parceque j'aime mettre de la couleur sur mon blog)

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    Clipboard08.jpg

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

     

  • coup de gueule:livres du domaine public sur le net

    Un petit coup de gueule encore une fois!


    Cela m'énerve de voir que de plus en plus les marchands du temple essayent de cadenasser l'accès au savoir et à la culture tout cela pour faire de l'argent. Comme si tout devait se payer trente six fois.

    Internet n'est pas gratuit, il faut du matériel et un abonnement est nécessaire. Les supports également font l'objet d'une taxe sensée servir à rétribuer les auteurs.

    Mais je ne vais parler ici que des oeuvres tombées dans le domaine public et même cela semble encore être pour certains de trop. 

    Nous payons via l'Europe des subsides aux bibliothèques  et aux musées publics afin d'avoir le droit de lire et regarder les oeuvres tombées dans le domaine public qu'ils sont sensés mettrent à disposition sur la toile.

    Entre parenthèse en Belgique cela ne se fait malheureusement qu'au compte goutte. 

    De nombreux livres anciens tombés dans le domaine public sont encore pour l'instant disponibles au téléchargement gratuit sur le net via Googlebooks, Archive internet, Gallica ou d'autres bibliothèques publiques

    Le problème c'est qu'apparemment les professionels de l'édition ne l'entendent pas de cette oreille et qu'ils se mettent d'accord pour empêcher l'accès à ces livres même si ils sont passés dans le domaine public depuis longtemps.

    Il leur suffit de rééditer d'anciens livres pour qu'automatiquement ceux-ci soient retirés même à la lecture, des sites comme Googlebooks.

    OR JE CONSTATE QUE de plus en plus: des livres anciens sont réédités (les marchands du temple ne sont jamais loin).

    Maintenant cela peut avoir son utilité (on peut ne pas avoir envie d'imprimer soit même un livre en entier, ou préférer avoir un livre fabriqué de manière classique) du moment que ces livres restent du domaine public et qu'ils puissent encore être disponible gratuitement.

    Le problème c'est que et en voici un exemple, Google books dans ce cas ne donne plus comme lien que celui qui mène vers le vendeur.

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

     

    Il est bon de savoir qu'archive.org fournit ( mais pour combien de temps encore?) sur son site des livres qui étaient auparavant disponibles sur googlebooks

    Il est donc intéressant de repartir sur d'autres sites avec les références indiquées pour essayer de retrouver les livres concernés.

    Pour l'exemple ci-dessus je suis repartie sur le site d'Archive internet (archive.org)et en faisant une recherche à partir du titre du livre j'ai obtenu la page du livre ne téléchargement gratuit.

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    art, livre, web, technique, gravure, etching,pratical treatise,

    Le livre est donc visible en ligne ou en pdf

    Pour pouvoir le télécharger il suffit d'aller dans HTTP et de le charger sur votre ordinateur à partir de cette page.(voir photo ci-dessus).

     

     

     

  • boite aquatinte portable

    Voici un autre lien ou l'on explique comment fabriquer une boite à aquatinte mais cette fois-ci portable

    http://etchings.org/butchurn/butchurn.htm

    art, aquatinte, boite colophane, portable

     

  • construire sa boite

    à aquatinte

    Plutôt que de répéter ce qui est déjà sur le net

    voici un lien qui donne la marche à suivre pour construire soi-même sa boîte à aquatinte (en anglais) y compris un plan à télécharger.

    art, aquatinte, boite à colophane,technique, gravure, plan,

    http://www.magical-secrets.com/studio/aquatint+box

    art, aquatinte, boite à colophane,boite à aquatinte, technique, plan, marche à suivre

  • linogravure

    LES TRAVAUX DE L'AMATEUR TOME IX. 100.

    Voici un texte que j'ai repris sur le site de "Gallica" à propos de la gravure sur lino pour tous.

    nous allons vous apprendre à transformer de vieux morceaux de linoléum non décoré en des clichés qui vous permettront de donner à vos cartes, à vos menus, à vos pancartes, etc., un cachet aussi personnel qu'artistique.

    En effet, l'art de la linogravure, qu'on pourrait appeler encore l'art du canif a une originalité bien faite pour
    tenter les amateurs.

    Matériel. — Il faut peu de choses :

    A) du linoléum que l'on choisira non verni, non décoré et le plus épais possible : de vieux morceaux sans
    emploi des chutes provenant de l'installation d'un « passage » ou d'un « tapis » dans un cabinet de toilette
    conviennent fort bien. Tous les marchands de linoléum vendent pour des sommes dérisoires de coupons de linoléum spécialement destinés à la gravure

    B) du bois épais de 20 à 25 mm. qui servira au « montage » du cliché ;il faut qu'il soit de chêne ou de hêtre,
    bien sec et sans défaut et surtout bien « dressé » ;

    C) de la colle pour réunir le « lino » au bois qui formera le support ;

    D) et tout le matériel dont un dessinateur, peut se servir pour reproduire
    Un document quelconque : crayon, régle, papier calque, papier carbone, etc...

    1 Outillage. —

    Un canif, une lame de rasoir de sûreté, une gouge, c'est tout ce qu'il nous faut. Evidemment, celui
    d'entre vous qui voudrait « bien faire les choses » pourrait s'offrir le luxe de gouges de graveur sur bois où sur
    corne, mais cela n'est pas absolument nécessaire.

    Les gouges de menuisier ou de sculpteur étant généralement trop larges, je me suis bien trouvé de prendre un
    morceau de baleine de parapluie, de l'emmancher et d'affûter l'autre bout.

    Interprétation des dessins. -—

    Débuter par des motifs très simples opposant nettement des blancs et des noirs, car, dans la linogravure classique, il n'y a pas de demi-teintes.
    Nous verrons d'ailleurs qu'il est possible d'agrémenter un document « linographié » de « bruine » déposée ulté-
    rieurement à certains endroits, d'autres étant réservés par un pochoir. Ces quelques lignes permettent d'imaginer

    Clipboard04.jpg


    Fig- 3

    PROCEDE D'ILLUSTRATION A LA LINOGRAVURE

    une quantité de combinaisons très personnelles, ce qui nous fait dire qu'un dessin servant de modèle à deux « linograveurs » sera interprété différemment et il est à peu près certain que les clichés des deux artistes seront bien différents l'un de l'autre.

    Exécution. — Cette besogne com-
    prend diverses phases :

    A) Montage du linoléum sur le bois.
    — Corroyez d'abord avec énormément de soins une planche de bois sec en chêne on en hêtre de préférence ; mettez-la aux dimensions des cartons que vous désirez employer et colliez dessus un morceau de linoléum sans aucune décoration, telle que fleurs, filets de couleur, etc..

    Pour ce collage, une colle de farine de seigle donne de bons résultats ;
    une colle à la céruse est aussi recommandable, mais on peut fort
    bien se contenter de colle Certus à base de caséine bien supérieure à la colle
    forte ordinaire.

     



     Le collage est supérieur à la méthode consistant à fixer le linoléum sur le bois à l'aide de semences de tapissier.

    B) Report du dessin. — Le dessin est transposé à main levée ou reproduit par un calque et du papier carbone.
    Bien se souvenir que le cliché doit reproduire l'inverse du dessin tel qu'on le veut sur l'épreuve définitive.

    Ne calquez donc pas un document directement sur le linoléum, mais dessinez-le d'abord sur une feuille de papier
    transparent, retournez ce dernier et appliquez-le ensuite sur la matière à entailler avec interposition d'un carbone.

    C) Gravure. —

    Toutes les parties qui seront arrachées au linoléum formeront des « blancs » sur l'épreuve :
    seules resteront en relief les parties du dessin devant être encrées et venir en contact avec le papier.

    Avec la pointe du canif bien affilé, commencez par inciser les contours du dessin ; il ne faut pas que la coupe
    s'effectue perpendiculairement à la surface du linoléum, mais en biais de manière à former un talus (fig. 4, B).
    Donner un second coup de canif, symétrique au premier, pour dégager un ruban de linoléum de section triangulaire, ce coup de canif étant donné dans la partie de la matière appelée à disparaître.

    On peut aussi employer à ce travail une lame de rasoir.

    Lorsque le dessin est ainsi « détouré », enlever la matière inutile pour obtenir les « blancs » sur les épreuves
    en se servant de la gouge et en creusant de 2 ou 3 millimètres.

    Comment tenir les outils ?

    Généralement, ils sont saisis par la main droite et entaillent la matière en . tirant le canif vers soi ou en poussant
    la gouge (fig. 4, A et D) ; les doigts de la main gauche aident au guidage de la lame en lui donnant plus d'assu-
    rance.

    Si l'on emploie du matériel de  graveur sur bois ou sur corne, les outils ayant un manche court sont maniés
    exactement de la même manière que par le professionnel.

    Si l'on utilise une lame de rasoir de sûreté (voir C), il est sage de coiffer le tranchant dont on ne se sert pas
    d'un petit morceau de tôle replié en deux, ce qui évite toute coupure intempestive. Rappelons qu'il existe un petit
    appareil, le coupe-fil, qui rendra d'excellents services pour cet usage comme pour tant d'autres travaux : reliure en
    particulier.

    Matériel nécessaire au tirage. —

    Il faut :

    A) de l' encre grasse d'imprimerie en effet, les couleurs d'aquarelle ne prendraient pas sur le cliché de lino-
    léum et se reporteraient mal sur le papier ; on peut s'en procurer de toutes les nuances sous forme de tubes
    rappelant ceux de couleurs à l'huile pour peintres chez les marchands d'articles pour artistes.

    B) un rouleau encreur qu'on pourra faire soi-même avec un bout de tuyau d'arrosage dans lequel on a enfilé un morceau de manche à balai.

    C) Un tampon de pression, qui se compose d'une planchette de bois A un peu plus grande que le cliché de linoléum garni d'une bonne épaisseur de feutre A et muni d'une poignée B (fig. 5). A défaut,
    un tampon-buvard peut faire l'affaire, mais quand on l'appuie sur le document

    Clipboard03.jpgFig. 4

    Voici quelques modèles dont vous pourrez vous[inspirer lorsque vous vous livrerez|à l'exécution de cartes de Noël,
    de Nouvel An, de Pâques ou de têtes de Menus, Programmes, Pancartes, etc

    Clipboard01.jpg

    Clipboard02.jpg


  • L'encollage des papiers (suite et fin)

    encollage.2.jpgCes extraits ont été traduit en fonction de ce que je connais des procédures utilisées, j'ai essayé de faire en sorte que ce soit compréhensible et de ce fait peut-être que je n'ai pas toujours respecté les termes exacts des textes originaux.

    En retapant les titres des livres sur Google, il doit être facile de retrouver le texte original ou alors en allant directement sur le site http://woodblock.com/

    Je rappelle que ces informations sont données à titre indicatif et qu'elles peuvent facilement s'adapter au traitement d'autres papiers non encollés, je pense que cela peut servir aux personnes qui fabriquent par exemple, leur papier elle-même.

    ce qui m'arrive à l'occasion lorsque j'ai suffisamment de chutes de papier pour la gravure, je les recycle en papier fait main, celui-ci étant alors devenu un papier non encollé, il est intéressant de pouvoir lui redonner une certaine imperméabilité et du corps pour pouvoir supporter la pression de la presse sans se déchirer.

    Lorsque l'on omprime une eau-forte le papier doit être humidifié, il est impossible d'utiliser des papiers non encollés, ceux-ci une fois mouillés sont bien trop fragile pour supporter un passage sous presse.

    Extrait du livre:”Introduction to Woodblock Printmaking, Katsuyuki Nishijima, 1976”

    Recette de base:

    • Un litre d'eau, avec 3 à 5 bâtons de « sanzembon »(colle animale), et de l'alun ( «yaki»). La proportion d’alun doit être 1/2 du poids de la «nikawa».
    • Mettre le récipient au bain-marie. (Appelé «Yusen» en japonais)
    • Pour éviter qu'il ne bouillonne, ajouter de l'eau au besoin
    • Lorsque tout est prêt, verser dans un récipient plus grand pour l'usage.
    • Charger une brosse, et essuyez-la sur le bord du récipient.
    • passer la brosse sur la surface du papier qui sera imprimée, d'un seul coup.
    • Ensuite le papier peut sécher suspendu.

    Mise en garde:

    • La force d’encollage varie selon le type de papier. Le Torinoko, qui est généralement difficile et pas très absorbant recevra un encollage léger, mais un papier comme le hosho  devra recevoir un encollage plus fort.
    • L’encollage se fait en général sur le côté visible de l’estampe. Si vous souhaitez un papier non absorbant, appliquer une légère couche de colle, puis après séchage appliquer une deuxième (ou troisième) couche si nécessaire. Ne pas essayer de tout faire en une seule fois.
    • Si vous détrempez trop le papier, lorsque vous ferez sécher celui-ci, le liquide laissera des traces sur le papier.
    • Après environ 3 à 5 ans, la qualité de  l’encollage du papier devient  inégale, il faut donc ne pas préparer plus de papiers encollés que nécessaire que ce qui peut être utilisé dans une année ou deux.

    L'utilisation de papier encollé:

    Avec du papier encollé approprié, il devient possible de réguler la quantité d'absorption d'eau dans les fibres du papier. Cependant  l’encollage a pour effet de colorer le papier, en lui donnant un ton brunâtre, et l'alun peut également laisser des traces sur la surface.

    Pour cette raison, il est fréquent que lorsque le travail d'impression ne concerne que de petites zones, ou seulement des lignes délicates, il est intéressant d'utiliser du papier non collé.

    Mais lorsque de vastes zones doivent être imprimées, la surface risque de s’abimer facilement, il est dans ce cas difficile d'imprimer sans calibrage.

    Pour estampes ukiyo-e, dans le cas des lignes délicates, ou des zones d'impression assez petite, la couleur et l'état du papier pourrait être maintenu en omettant l’encollage général, au profit d’un encollage partiel,

    Cette manière de faire est difficile à utiliser.

    Données fournies par Uematsu, fournisseur de matériaux pour la peinture et la gravure japonaise

    Recette de base: pour un litre d'eau ... 20 grammes de nikawa ... 2,5 grammes de myoban (alun)

    A propos de nikawa (préparation de la colle animale):

    • Bon à  savoir : nikawa à 60° ~ 70 ° (C). Ne pas dépasser les 70° lors de la dissolution
    • Il est préférable d'attendre pour ajouter myoban jusqu'à ce que le nikawa soit bien dissous.
    • En été, la mixture moisi facilement

    A propos de la préparation:

    • Baissez la température du liquide nikawa au moment de l'ajout myoban (alun).
    • Si elle est trop chaude, l'effet est affaibli.
    • Mais ne pas mettre la myoban (alun) avant que le nikawa ne soit chauffé correctement.

    Autres points:

    • Lorsque  le mélange est prêt, il faut filtrer au travers d'un bas de nylon avant de l'utiliser. Le nylon est préféré à d'autres matériaux, car  il ne va pas «attraper» le collagène ou carotène dans le liquide.
    • Sévères mises en garde afin de  ne pas laisser moisir.
      • Le liquide peut être stocké pendant quelques jours dans le réfrigérateur si nécessaire.
      •  Ne pas le congeler, car cela détruirait la structure des collagènes.

    Il est difficile de comprendre les recettes avec tous les différents systèmes de mesure voici donc une liste de recettes de maîtres de l’estampe, converties au système métrique, et ensuite ajusté à une base de 1 litre d'eau (les deux proportions étant donner respectivement pour la colle nikawa et l'alun) :

     

    Eau(en litre)

    Colle animale (en gramme)

    Alun(en gramme)

    Yoshida Hiroshi

    1

    65

    28

    Yoshida Toshi

    1

    63

    24~31

    Walter Phillips

    1.05

    7.5

    3.75

    John Platt

    1

    16

    9

    Petit

    1

    21

    6

    Petit (alternate)

    1

    60

    22-30

    Nishijima

    1

    60

    30

    Uematsu

    1

    20

    2.5

    • Il est extrêmement intéressant de noter que les Occidentaux en utilisant ces recettes ont obtenus des résultats moins bons que  les Japonais. Peut-être à cause d’une différence de climat? (Mais Londres - comme le Japon - est un endroit humide ...)

    Les autres anomalies sont issues des données fournies par Uematsu, le fournisseur japonais. Mais il est à noter que la fiche de données qu'il fournit n'est pas spécifiquement faites pour les papiers utilisés par les graveurs, mais semble plutôt être destiné aux  peintres. Peut être que les peintres besoin d'un encollage en général plus faible.